Le chauffage au bois

Seule méthode de chauffage existante jusqu’à l’apparition d’électricité et des produits pétroliers, le bois continue aujourd’hui d’avoir du succès. Mieux encore, ce type de chauffage se présente aujourd’hui sous plusieurs formes pour s’adapter aux besoins de chacun.

Le type de combustible

Ressource écologique lorsqu’il est produit selon les règles strictes de la sylviculture, le bois se présente de nos jours sous plusieurs formes.

  • La bûche : Forme traditionnelle du bois de chauffage, la bûche est avant tout classée en fonction de la variété de l’arbre. Le bois dur (hêtre, chêne, châtaigner…) a l’avantage de brûler plus longtemps. Le bois tendre (pin, mélèze, saule…) prend feu plus rapidement et permet de démarrer une cheminée ou un poêle froid sans difficulté. La principale qualité de la bûche est son taux d’humidité. Au-dessus de 20 %, le bois est vert, brûlera mal et dégagera une grande concentration de particules polluantes. De plus, il encrasse facilement les conduits. Pour sécher du bois vert, il convient de le couper en rondins ou le fendre en quartier et le placer sous abri.

 

  • Les plaquettes ou bois déchiquetés : La plaquette forestière est issue du broyage de branches ou d’arbres. Le taux d’humidité doit être en deçà de 30 % et le lieu de stockage devrait être bien sec. Les plaquettes forestières livrées en vrac doivent être ventilées. Avant achat, il est nécessaire de vérifier l’absence de poussière et de corps étrangers.

 

  • Les granulés ou pellets : apparus sporadiquement lors des deux chocs pétroliers majeurs qui ont secoué le XXe siècle, les granulés sont apparus sur le marché au début des années 2000. Ce nouveau type de bois de chauffage est produit à partir du compactage de sciures et de copeaux.

 

En 2001, l’ADEME a fourni des chiffres qui placent les plaquettes, les bûches et les granulés en tête des sources d’énergie les moins onéreuses pour le chauffage principal d’un foyer.

Le type de chauffage

Voici les différents types de systèmes de chauffage pour les différents types de combustible.

  • L’insert : Les cheminées traditionnelles directement maçonnées dans la structure sont aujourd’hui considérées comme inefficaces. Il est aujourd’hui conseillé de les équiper d’un insert si on souhaite conserver le charme authentique de ce coin du salon. L’insert est un foyer fermé par un système vitré qui permet à la fois de conserver l’esthétique de la cheminée et d’améliorer le rendement thermique. De 15%, la cheminée restitue ainsi 85% de la chaleur de la bûche. L’alimentation en bûches se fait encore manuellement. L’insert constitue un chauffage d’appoint pour la pièce où elle est située. Il peut également accueillir une hotte qui se chargera de distribuer dans les autres pièces.

  • Le poêle à bois : Le poêle à bois séduit les particuliers pour sa facilité d’installation. Alimenté en bûches ou en pellets, ce type de chauffage offre un excellent rendement et est aujourd’hui esthétiquement très intéressant au cœur d’une maison. Les poêles modernes à granulés peuvent aujourd’hui être alimentés automatiquement et être pilotés par une télécommande.

 

 

 

 

  • La chaudière : pour un chauffage central au bois, la chaudière est la solution. À bûche, l’alimentation se fait manuellement, mais l’amélioration de l’arrivée et de l’extraction d’air permet d’améliorer le rendement. Il existe aujourd’hui des chaudières turbo ou à combustion inversée qui sont plus puissantes, mais également de plus grande dimension. Les chaudières à plaquettes ou à granulés alimentés automatiquement sont parfaites pour se défaire du devoir d’alimenter la chaudière. Le rendement dépasse 90% et il vous est possible de vous faire livrer le combustible à domicile.

Les inserts, les poêles et les chaudières labellisés « Flamme Verte » sont les plus respectueux de l’environnement.